Through the Looking-Glass

A travers le miroir

dimanche 24 août 2008

Des inconvénients du silence

Je suis absente de ce blog depuis longtemps déjà. Grand bien m'a pris de faire un tour ici et dans vos commentaires : j'y ai découvert un petit malin, JC (non pas Jésus-Christ, mais Jean-Claude, ce qui est beaucoup moins mystique), qui a dû arriver ici en tapant "déprime, dépression, stress, mal-être" dans google. Effectivement, je ne peux pas renier la dépression et ses méfaits sur ma personne. Néanmoins, je ne tolère nullement que ce monsieur se croit pour autant autorisé à utiliser la page des commentaires comme support de sa publicité. Si encore il s'agissait d'un ouvrage d'intérêt sur la question de la dépression ou de la mélancolie ! Las, il ne s'agit que d'un désir mercantile : vendre une carte - dont je tairai le nom - censée vous soulager de tous les maux, de la dépression à l'absence de libido en passant par la constipation et les jambes lourdes. Je me demande si la petite carte ne pourrait pas favoriser le retour de l'être aimé (quoique de ce côté là, je suis tout à fait satisfaite) et accroître ma fortune : vous n'auriez pas les numéros gagnants du keno de demain monsieur JC ?

Posté par solve et coagula à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 16 avril 2008

Burning issue

Une interrogation qui ne cesse de traverser ma cure, et qui sous-tend l'interrogation sur ce qui, en moi, peut dire "je" : qu'est ce que la féminité ? qu'est-ce que ma féminité ?

Posté par solve et coagula à 21:53 - Coup d'oeil, jet d'encre - Commentaires [2] - Permalien [#]

Il y a longtemps...

conciergerielongtemps que je ne suis pas venue ici. Je pensais en avoir fini avec cette parole infiniment ressassée sur moi. Au bout de six mois, je me rends compte que quelque chose manque cependant, que cet autre blog sur mon métier ne peut en aucun cas m'apporter. Il m'y manque l'oxygène et une certaine liberté. Ici, je creuse, là, j'expose.

Ici je creuse... je me parle, je me dis, ou du moins j'essaie de dire "je". Je parle de quelque chose qui essaie d'être moi et de ce "je" que je ne souhaite plus oblitérer. Quelque chose qui voudrait dire librement "je désire". je dés-ire ? Détourner, retourner, sublimer cette fureur contre ce qui en moi veut dire "je" ? Accepter que je ne soit pas si haïssable que ce qu'il pourrait sembler.

Accepter que peut-être, après tout, j'ai encore besoin de parler.

Posté par solve et coagula à 21:39 - Coup d'oeil, jet d'encre - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 16 novembre 2007

résidence secondaire

par là

Posté par solve et coagula à 07:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 19 octobre 2007

un peu de lyrisme

DSCN07460325Ce matin, les 4e planchaient sur le fantastique.

Concentrés, absorbés même par la difficile question des points de vue, ils furent soudain interrompus par le pouffement de rire de leur professeur, qui corrigeait une dictée.
En effet, je venais de trouver ceci : "Une eau invisible mûr-mûr sous l'herbe"... J'avoue n'avoir pas résisté à "mûr-mûr"...

Posté par solve et coagula à 17:24 - Coup d'oeil, jet d'encre - Commentaires [1] - Permalien [#]